-A +A
Partager sur Facebook
MOT DU PRÉSIDENT

MOT DU PRÉSIDENT

Reprendre son souffle!

Le printemps est à notre porte, suivi de l’été tant attendu… J’espère que ce sera pour toutes et tous une occasion de reprendre votre souffle.

Une pandémie et des conditions de travail exigeantes, imprévisibles, sous pression, voilà pourquoi les infirmières et infirmiers ont besoin de récupérer. Ces deux dernières années, toutes les conditions étaient réunies pour causer au personnel infirmier un préjudice moral. Cela signifie des répercussions psychologiques, sociales et spirituelles qui, lors de situations critiques, vont à l’encontre des croyances et des valeurs morales profondes.

Lorsque les infirmières et infirmiers ne peuvent prodiguer des soins conformes à leur formation, en aidant autrui et en évitant de nuire, la situation peut provoquer une dissonance morale et éthique. Et nous voilà face à des stresseurs bien particuliers : des stresseurs moraux.

Quelques exemples :

  • Manque de matériel de protection
  • Isolement de certains membres du personnel (arrêt), ce qui exerce une pression supplémentaire
  • Suivi de clientèle souffrant d’un report des interventions et traitements
  • Congés hâtifs
  • Hostilité de la population
  • Priorisation des soins
  • Privation de soins, etc.

Ces éléments peuvent être lourds de conséquences sur la santé des infirmières et infirmiers.

Certaines personnes s’en tirent mieux, car elles ont réussi à favoriser une croissance malgré ces traumatismes et à améliorer la résilience, l’estime de soi, la compassion et l’engagement.

Chose certaine, il faut agir :

Pour les organisations :

  • Connaître les stresseurs.
  • Faire preuve d’attention et de vigilance.
  • Fournir des directives claires.
  • Faire preuve de transparence.
  • Prendre les décisions d’ordre éthique et moral.
  • Établir une collaboration entre administration et personnel.
  • Offrir des programmes d’aide.

Pour les individus :

  • Donner un sens à ses expériences.
  • Avoir des activités qui réduisent le stress (méditation en pleine conscience, exercice…).
  • Obtenir un soutien social.
  • Améliorer sa résilience (acceptation et bienveillance envers soi-même).
  • Constater les réactions aux traumatismes ou préjudices moraux.

Dans tout ce tumulte, il est important de prendre soin de vous.

Vérifiez vos courriels, car l’ORIIO organise des évènements de reconnaissance et des formations qui vous permettraient, entre autres, de penser à autre chose ou de mieux vous outiller pour affronter les situations difficiles.

Enfin, je souhaite à toutes et à tous un magnifique été afin de refaire le plein d’énergie. On n’en a jamais trop !

Gilles Coulombe
Président de l’ORIIO

Recherche

Mots clés

TD