-A +A
Partager sur Facebook
ACTIVITÉS LÉGALES

ACTIVITÉS LÉGALES

Retour sur la dernière assemblée générale de l'OIIQ

Le 9 novembre 2015, les 32 délégués de l'ORIIO ont assisté à l'Assemblée générale annuelle (AGA) de l'OIIQ qui s'est déroulée au Palais des congrès de Montréal. Près de 1000 personnes qui représentaient tous les ordres régionaux étaient au rendez-vous. Après avoir déclaré l'AGA ouverte, la présidente de l'Ordre, Lucie Tremblay, a présenté son rapport annuel en rappelant qu'au cours du dernier exercice, l'OIIQ a rencontré plusieurs milliers de ses membres dans toutes les régions du Québec et que ces rencontres servaient à guider l'Ordre dans ses décisions. Elle a aussi saisi l'occasion de présenter la nouvelle directrice générale, Denise Brosseau. De plus, elle a énuméré les divers changements qui sont survenus au siège social.

Lors de sa présentation, la présidente a présenté la planification stratégique 2015-2018. Ce plan priorise des projets et activités qui reposent sur une pratique infirmière exemplaire, qui se réalisent avec le développement des compétences de ses membres et qui favorisent l'essor et la valorisation de la profession en ralliant membres et partenaires tout en assurant la qualité et la sécurité des soins infirmiers. Les détails du plan, ses objectifs ainsi que les six priorités qui s'y rattachent se trouvent sur le site de l'OIIQ.

Elle a rappelé l'entrée en vigueur du nouveau Code de déontologie. Et elle a par la suite effectué un survol des autres mandats courants de l'OIIQ :

  • Assurer les compétences infirmières (organisation des examens, délivrance d'attestation, de permis, etc.)
  • Veiller à la qualité de la formation, initiale (dossier dans lequel l'OIIQ poursuit ses démarches) et continue
  • Soutenir l'expertise infirmière : 250 consultations pour le programme d'inspection professionnelle et 1400 pour le bureau du syndic
  • Collaborer avec plus de 120 experts de la santé, de l'éducation et en droit professionnel grâce notamment aux nombreux comités de l'OIIQ

La présidente a mentionné que la profession infirmière est toujours attrayante et qu'elle est en croissance continue, soit 3,3 % de plus par année depuis 2010. Elle a ensuite abordé le pouvoir d'influence de l'Ordre et souligné les propos positifs émis par divers groupes avec qui l'Ordre collabore. En outre, elle a rappelé que la population dans son ensemble a la profession infirmière en haute estime.

Lucie Tremblay a exposé les projets sur lesquels l'OIIQ travaille déjà :

  • Déployer la prescription infirmière de manière optimale
  • Miser sur la collaboration interprofessionnelle et des équipes interdisciplinaires accrues auprès des personnes âgées hébergées en CHSLD ou ayant des maladies chroniques ou de santé mentale
  • Positionner la pratique infirmière avancée
  • Amorcer une réflexion sur nos mécanismes d'inspection professionnelle
  • Élaborer des guides de pratique infirmière : en santé mentale, en pharmacie et en CHSLD
  • Organiser un symposium des leaders en santé sur la qualité et la sécurité des soins (mai 2016)

Avant de clore sa présentation, la présidente a proposé une motion visant à faire des infirmières et infirmiers des catalyseurs de la transformation du système de santé. Les délégués ont adopté cette motion à l'unanimité. La motion se trouve sur le site de l'OIIQ.

Par la suite, c'est la présidente du Comité jeunesse qui a présenté son rapport. Elle a mentionné leschroniques jeunesse, l'organisation d'événements (cocktails post-examens, journée Espace étudiant, tournée des cégeps, etc.) et la participation aux Jeux des infirmières et infirmiers du Québec (JIIQ). Elle a terminé en rappelant le mandat du comité, soit : prendre position sur des enjeux de la profession qui concernent particulièrement les jeunes infirmières et infirmiers.

La dernière présentation fut celle du trésorier François-Régis Fréchette. Il a confirmé que les états financiers avaient été approuvés sans réserve par la firme comptable. À la suite d'une présentation détaillée, les délégués ont voté sur l'indexation de la cotisation, qui sera cette année majorée de 6,92 $. Les délégués devaient se prononcer sur un montant de 2,79 $ compris dans le montant de 6,92 $. L'indexation de la cotisation a été approuvée (490 voix pour, 373 contre).

L'Assemblée générale annuelle s'est terminée vers 13 h 30.

Denyse T. April, déléguée ORIIO

Première expérience à L'Assemblée générale annuelle

C'est avec bonheur que j'ai été élu comme délégué pour représenter l'Outaouais à l'AGA et au Congrès 2015 de l'OIIQ qui se sont tenus à Montréal. C'était ma première participation à cet événement important depuis que je suis infirmier clinicien, cuvée 2001.

Dès mon arrivée à Montréal, j'ai été impressionné par la grandeur du Complexe Desjardins, du Montréal souterrain ainsi que par le côté imposant du Palais des congrès. J'allais au plus grand rassemblement d'infirmières et d'infirmiers de l'année! Des centaines de professionnels (plus de 800) de tous les coins du Québec, de toutes les disciplines infirmières et de toutes les générations étaient présents, les modèles 1973 côtoyaient les nouveaux modèles 2015! Tout au long des deux jours du congrès, j'ai assisté à de vives discussions sur les visions évolutives des soins et la place que doit de prendre l'infirmière dans l'équipe interdisciplinaire. Comme l'a si bien fait ressortir Philippe Voyer lors de sa conférence : il semble que ce ne soit pas que les instances externes (médecins, gouvernement, etc.) qui empêchent les infirmières de jouer pleinement leurs rôles, mais bien les infirmières elles-mêmes... elles se doivent maintenant de développer leur coffre à outils (savoir, savoir-faire quant à l'évaluation clinique d'aujourd'hui) afin d'assurer leur profession, mais surtout afin d'assurer l'accessibilité aux soins tant recherchée dans notre système de santé. On n'enseigne plus comment bien monter un lit aujourd'hui, mais comment bien évaluer cliniquement une situation. Les jeunes savent se servir de leur stéthoscope et ils veulent s'en servir! Il faut les encourager.

Des conférences révélatrices sur notre système de santé ont également été présentées. Telle celle d'André-Pierre Contandriopoulos, professeur universitaire émérite et au CV phénoménal qui, après le passage et le discours politique du ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, nous a clairement démontré que les choses n'ont pas réellement changé depuis 30 ans. Les dirigeants se doivent de prendre les décisions marquantes qui bousculeront certains groupes de pouvoir, une véritable gouvernance clinique est nécessaire. Le statu quo n'est plus une option. Les professionnels de toutes disciplines doivent vraiment travailler ensemble.

Il n'est pas faux de dire que l'AGA et le congrès 2015 m'ont marqué. Ils ont rallumé une flamme qui avait déjà perdu de la vivacité, la passion des soins infirmiers. Avec pour toile de fond de multiples kiosques intéressants, il y eut des discussions houleuses et des votes sur des sujets de l'heure : les coûts et dépenses de l'Ordre et leurs impacts sur le coût du permis de pratique; la question de la place du bilinguisme à l'OIIQ; la place primordiale qu'a l'infirmière pour redonner ses lettres de noblesse mondiales au système de santé québécois...

Vous me demanderiez si j'aimerais retourner au Congrès l'an prochain, je vous répondrais oui sans hésiter!

Merci à l'ORIIO!

Eric Gagnon, inf., Chef d'unité de vie
Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais – Territoire de Gatineau
CHSLD La Pietà

Recherche

Mots clés

TD